Altermondialisme

Pour bloquer le passage du pipeline Énergie Est, combien êtes-vous prêt à payer ?

Pour bloquer le passage du pipeline Énergie Est, combien êtes-vous prêt à payer

Article de référence: Énergie Est, tuyau idéologique

Telle serait l’une des deux questions que je poserais, si j’en avais les moyens financiers, via un sondage québécois (éventuellement administré par la firme Léger Marketing) visant à conférer – selon la méthode de l’évaluation « contingente » –  à cette action collective de barrage une « valeur monétaire » qui n’existe pas sur le marché.

En général, la méthode de l’évaluation contingente cherche à créer les conditions d’un marché « fictif » pour estimer, par exemple, la valeur monétaire d’une espèce animale en voie de disparition et en danger d’extinction à cause d’éventuels travaux d’aménagement du territoire de cette espèce.

Car le fait que l’espèce en question soit généralement reconnue comme étant d’une valeur « inestimable » n’est pas un argument suffisant pour convaincre les autorités décisionnelles de privilégier sa conservation eu égard à la poursuite – ou non – des travaux.

Il s’agit ainsi de créer un marché « fictif » statistiquement basé sur les « consentements » à payer et à recevoir tels qu’exprimés par un échantillon représentatif de personnes répondant sérieusement et volontairement à un questionnaire prédéterminé.

D’une part, les tribunaux étatsuniens ont déjà reconnu la méthode de l’évaluation contingente comme étant juridiquement valide, par exemple pour l’évaluation des dommages environnementaux causés par le naufrage du pétrolier américain Exxon Valdez qui s’échoua en 1989 sur la côte de l’Alaska.

D’autre part, il est à noter que des difficultés majeures peuvent se poser au plan méthodologique, la littérature spécialisée faisant ressortir les grandes différences possibles pour les moyennes obtenues entre consentements à payer (parfois nuls) et consentements à recevoir (pouvant même parfois dépasser 100 %).

Une 2ème question complémentaire serait également posée, à savoir « Combien d’argent êtes-vous prêt à recevoir pour accepter le passage du pipeline Énergie Est sur « votre » territoire ?

Parce qu’il y aurait lieu de préciser géographiquement la notion de « territoire », chaque question pourrait être subdivisée en trois catégories : a) dans votre cour arrière ou b) dans votre municipalité ou c) sur le territoire du Québec.

L’un des principaux objectifs politico-stratégiques visés par cette étude est de répondre, chiffres à l’appui, à deux des sept conditions posées par le gouvernement du Québec en novembre 2014 pour accepter le projet Énergie Est, à savoir :

i)  « (…) Les communautés locales devront être consultées afin d’assurer l’acceptabilité sociale du projet »

ii)  « (…) Le projet doit satisfaire à la loi en ce qui a trait aux Premières Nations, à leur participation et à leur consultation, le cas échéant. »

 

Daniel Clapin-Pépin MBA, Scol.Ph.D. (Science-Po)
Professeur à l’École des sciences de la gestion
Université du Québec à Montréal
Département des sciences comptables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *